Prise de poids et confinement : le lien entre nourriture et émotions ?

Prise de poids et confinement : le lien entre nourriture et émotions ?

Une étude vient de sortir, les français ont pris du poids pendant le confinement, en moyenne 2,5 kg et 1 sur 5 souhaite démarrer un régime…sûrement encore un de plus !!

Est-ce la bonne solution de faire un régime ?

La baisse de l’activité physique, les apéros visio, la tentation plus grande des placards ont pu contribuer à cette prise de kilos…

Cependant, dans le même temps, certains ont perdu du poids et d’autres sont restés à leur poids de forme…

La nourriture est-elle la véritable et l’unique cause dans la prise de poids pendant le confinement ?

Les kilos émotionnels

Manger plus est souvent synonyme de réconfort , je me remplis pour apaiser mes émotions et remplir un vide, on parle de faim émotionnelle. C’est l’exemple même de la prise de poids pendant le confinement.

Cette période inédite a entraîné beaucoup d’émotions telles que peurs, angoisses, stress, ennui… En effet, ce temps de « pause » nous a mis face à nous-mêmes, nos vies, nos envies, nos besoins. Et mêmes les personnes habituellement dans le déni qui s’occupent constamment l’esprit ou sont hyperactives pour ne pas ressentir n’ont pas eu le choix que d’être confrontées à elles-mêmes … !

©Macrovector on Freepik.com

Aussi des peurs ancrées depuis des générations se sont réveillées et manger permet de les détourner… Dans ce cas, cette faim émotionnelle est différente de la faim physiologique, la « vraie faim » qui définit ce dont l’organisme a besoin, le carburant  que l’on reconnait par des symptômes physiques. Alors que la « fausse faim » est dans la tête et découle de l’ennui, de la tristesse, de la solitude, du stress… On recherche des aliments « doudous »  souvent sucrés, caloriques qui apportent de la douceur … Et le confinement a favorisé la prise de poids.

Toutes ces émotions répétées vont entraîner un stress chronique et nous savons aujourd’hui que le stress est la première cause de surpoids.  Le stress libère en excès l’hormone du cortisol qui, outre ses effets néfastes sur notre organisme, va aussi entraîner une plus grande sensation de faim et en même temps diminuer la sensation de satiété.
Il est donc important , dans un premier temps,  d’agir sur ce stress et ces émotions et de retrouver un comportement instinctif face à la nourriture sans privation…et de réagir face à la prise de poids durant le confinement.

 


Je veux agir !

Quid des régimes, contrôle alimentaire et restrictions ?

Bien évidemment, à court terme lorsque l’on réduit nos apports alimentaires, la perte de poids va s’en suivre… Cependant, une étude a montré que 95% des personnes reprennent leur poids un an  après un régime et 80% en reprennent plus… Le corps ayant la mémoire des famines et des privations, il se met en alerte et va faire des réserves

Aussi les régimes dérèglent les sensations naturelles de faim et nous coupent de nos ressentis. Ils sont aussi à l’origine d’émotions négatives : frustrations, culpabilité, mauvaise image de soi qui vont aggraver ce besoin de se réconforter avec de la nourriture !
Pour enrayer durablement cette problématique, il est important d’enrayer les origines profondes de ces stress inconscients et les croyances limitantes ancrées depuis des années … .« Finis ton assiette » par exemple, entendu depuis l’enfance, « mange sinon tu vas être malade » et les mémoires héritées notamment des famines qui nous poussent à stocker de peur de manquer !

Ce stress inconscient s’est encore bien révélé avec ce confinement et la pénurie de farine et pâtes…
Pour beaucoup cette peur de manquer inconsciente déclenche des achats compulsifs de stockage, le besoin de toujours finir son assiette, d’anticiper des repas « au cas où »…  Et tous ces comportements entraînent stress et donc surpoids.
Grâce aux neurosciences nous savons aujourd’hui qu’il est nécessaire de changer nos comportements pour que notre cerveau modifie la connexion neuronale et enraye ce stress profond définitivement !

 


Séances en visioconférence possibles

Comment se libérer et s’alléger durablement du poids pris pendant le confinement?

C’est le travail que je vous propose : aller enrayer les causes profondes pour que l’allègement soit durable et que la carapace qui sert de protection disparaisse…

Apprendre à se protéger , ressentir et être Soi!

Se protéger en écoutant son corps et les sensations physiologiques de faim et de satiété mais cet axe ne suffira pas pour enrayer la problématique de fond. Il faut aussi écouter son corps constamment en étant dans l’instant présent et faire le lien entre ressenti et émotion (que se passe t-il dans mon corps quand je ressens telle émotion ?)
Pour cela il faut également sortir du déni, qui est un mécanisme inconscient de protection, mis en place pour ne plus souffrir. En effet celui-ci provoque un stress  qui va mettre en alerte notre cerveau et qui va chercher un réconfort soit par la nourriture soit par le tabac le sport excessif, l’alcool etc…

Il est donc nécessaire de se protéger en s’affirmant dans tous les domaines de notre vie en lâchant nos « saboteurs » . Ce sont des types de comportements que nous avons entendus dans notre enfance et qui nous influencent tellement, qu’ils  en deviennent contraignants et sources extrêmes de stress.
Il y en 5 :

    • Sois parfait,
    • Sois fort,
    • Fais plaisir,
    • Fais des efforts,
    • Dépêche-toi !

Se protéger en apprenant à s’aimer ! Si je m’aime je ne ressens plus le besoin de me remplir de nourriture pour compenser le vide d’amour de moi, je n’ai plus besoin de prendre ma place par le volume car je suis ce que je suis et ce que je suis c’est bien puisque c’est MOI !

Se libérer de ce que ni ne nous appartient pas :

se libérer du poids social delphine pellet
©Freepik Vector illustration for society, social skills concept

Enfin, quand les traumatismes sont profonds et/ou transgénérationnels je vous propose en plus du coaching par la technique de détachement des Traumatismes® pour vous libérer de blocages inconscients… Le poids est là pour vous protéger de certaines « agressions » extérieures vous faisant souffrir, ou toute autre chose liée à vos difficultés et blessures émotionnelles qui peuvent remonter à plusieurs mois, années ou générations…

Il est de toute façon toujours impératif de connaître depuis quand la problématique de poids est apparue dans ma vie ? Que s’est-il passé à ce moment- là ? Y a-t-il un avantage secondaire à garder ce poids ?

Cette période de confinement a permis d’aller au plus profond de soi, de mieux se connaître. Les émotions négatives qui sont ressorties sont bénéfiques car toutes les émotions ressenties sont un guide pour avancer au mieux sur notre chemin de Vie et d’En-Vies et nous permettent d’aller à la rencontre de Nous m’Aime ! Il faut les écouter, les apprivoiser et stopper la lutte ou la fuite face à elles !!

Alors si vous avez essayé plusieurs régimes et que vous avez fait le yo-yo, si vous êtes dans un contrôle constant sur la nourriture, si vous avez des compulsions et si cet article a résonné en vous…

Je suis à votre écoute …

Au plaisirs d’échanger pour cette renaissance et cet allègement post-confinement !!


Prendre rendez-vous par téléphone


Séances en visioconférence possibles